En route vers le Metaverse

Depuis l’annonce du changement du nom de Facebook en Meta, un seul mot retient l’attention des médias : Metaverse, encore écrit Metavers. Cet engouement est tout à fait logique. En effet, lors de cette annonce, la société a également développé son nouveau projet autour de ce concept à la limite de la science-fiction. Alors, qu’est-ce que le Metaverse ? Quels sont les enjeux liés à l’utilisation de cette technologie ? Et quels sont ses dangers ? Toutes les réponses dans le présent billet.

Le Metaverse, qu’est-ce que c’est ?

Le métavers est un réseau d’univers virtuels interconnectés qui interagissent en temps réel et qui offrent la possibilité de travailler, de jouer, d’interagir socialement et même de créer. Les technologies utilisées par le Metaverse sont très avancées, toutes de dernière génération, ce qui permet d’offrir à l’utilisateur une expérience totalement immersive dans le monde virtuel.

Une version futuriste du métavers à long terme permettrait à chaque utilisateur de posséder une identité propre et de pouvoir profiter de services plateformes connectés. Plusieurs entreprises se sont déjà lancées dans cette technologie du futur, mais sans grand succès pour le moment. À part Meta, on retrouve également Microsoft ou encore Minecraft. Pour parvenir à des versions plus abouties, ces entreprises doivent relever des défis de taille.

Les enjeux de la création d’un univers virtuel

Certains paramètres sont essentiels pour la création d’un métavers fonctionnel. Il s’agit de l’infrastructure informatique, des outils et normes de sécurité, de la réglementation, de la gestion des avatars et des transactions.

Matériel informatique

Les quantités massives de données qui transitent par le métavers et l’interaction en direct créent un besoin important en terme d’infrastructure informatique. L’utilisation des technologies de réseau 5G et 6G dans le futur, le développement de GPU, TPU et CPU ainsi que l’informatique en nuage sont nécessaires à la création d’un métavers de qualité.

Outils et normes

L’existence d’un métavers réellement interactif passera inévitablement par des normes et des outils communs. Un effort de normalisation s’impose pour les langages informatiques, des moteurs 3D courants, des protocoles de transfert, etc.

Réglementation

Comme pour le monde physique, des règles sociales doivent régir ces univers virtuels. Il s’agit là de l’un des enjeux les plus importants du Metaverse. Il en va de la sécurité des utilisateurs.

Gestion des avatars

Si être propriétaire d’une identité virtuelle semble intéressant, il convient par contre de s’assurer que l’on ne vive pas dans un monde « hors-la-loi » où aucune vérification de l’identité réelle des utilisateurs ne serait possible. Un protocole commun qui permet de relier ces derniers à leurs avatars propres s’avère donc crucial. C’est un problème que doit bien connaître FB vu l’émergence de millions de comptes fantaisistes reliés à rien ces dernières années. Il faut aussi ajouter une chose. Si vous n’avez aucun fichier d’utilisateur véritable la valeur marchande de votre inventaire ne vaut rien. La notion d’identité est donc étroitement liée à la notion de monétisation (publicitaire ou vente de datas) et on peut faire confiance aux géants qui s’associent sur le Métavers pour en être bien conscients. Le web ne rase jamais gratis, quoiqu’on en pense.

Transactions

Un mode universel de transaction et de paiement est une autre condition indispensable à la création d’un écosystème viable. Cependant, la diversité de ses écosystèmes rend difficile l’universalisation d’un mode de paiement au sein du métavers.

Metaverse : ses dangers

Contre le métavers s’élèvent déjà quelques voix très critiques. Pour certains, les réseaux sociaux conventionnels comme Facebook, Twitter ou encore Instagram ont déjà maille à partir avec le respect de la vie privée et l’utilisation des données pour qu’on crée d’autres réseaux qui consomment encore plus d’informations personnelles. À cela s’ajoutent les implications que peut avoir le monde virtuel sur le monde réel. Plusieurs films et séries alertent sur les dangers potentiels de la virtualisation à outrance sur l’humanité. Sans jouer les moralistes, quand on voit à quel point les individus sont peu soucieux de leur propre sécurité et bradent, en toute innocence, leurs informations privées sur les réseaux sociaux conventionels, on imagine à quel point l’immersion totale dans un univers virtuel avec des interactions qui paraîtront de plus en plus véritables pourraient mettre en péril leur identité et augmenter leur vulnérabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *